25.2 C
Yaoundé
vendredi, 18 juin 2021

Washington tacle Yaoundé et consort sur les droits de l’homme

Le secrétaire d’État américain supplie les pays membre de réadmettre les USA au Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Sans des pays comme le Cameroun, si possible.

Lisez aussi

William BAYIHA
William BAYIHA
Journaliste engagé. Consultant en stratégie éditoriale et marketing.

Antony Blinken n’y va pas par quatre-chemins. Le Cameroun n’a rien à faire dans le Conseil des droits de l’homme des Nations unies.

Rien de personnel. Le patron de la diplomatie américaine met le pays d’Afrique centrale dans le même panier que Bahreïn, Cuba, l’Erythrée, les Philippines, le Qatar, la République démocratique du Congo et le Venezuela.

À son avis, « ces pays crédités des pires palmarès en matière de droits de l’homme ne devraient pas être membres de ce Conseil ».

Le patron de la diplomatie américaine s’est adressé ce mercredi, 24 février à l’Assemblée générale de l’ONU.

L’objet de son discours était de demander « humblement » aux pays membre de réadmettre Washington dans cette instance. 

Israël dépendance

Les États-Unis ne siègent plus au sein de cet organe consultatif de l’ONU depuis 2018. L’ancien président Donald Trump a décidé d’y retirer son pays. Il entendait ainsi protester contre la propension du Conseil à donner systématiquement tort à Israël face à la Palestine. 

En revenant, les Américains demandent aussi une nouvelle méthode de travail, moins braquée sur Israël.

L’administration Biden compte gommer au plus vite les décisions de son prédécesseur contre le multilatéralisme. À condition cependant que les États-Unis continuent à distribuer les bons points.

L’exemple américain

« Nous devons travailler ensemble à améliorer le travail et la qualité de membre du Conseil afin qu’il puisse promouvoir les droits des peuples à travers le monde », propose M. Blinken. 

Et Washington est-elle un exemple en matière des droits de l’homme ? Le secrétaire d’État américain botte en touche et reconnaît, sans s’y étendre, que la démocratie américaine peut être « imparfaite et souvent fouler au pied [ses] propres idéaux ».

Le Cameroun a été élu parmi les 47 membres du Conseil des droits de l’homme de l’ONU il y a trois ans. Une élection très critiquée par les organisations de défense des droits de l’homme. Le mandat de Yaoundé devrait s’achever cette année. 




- Publicité -spot_img

Derniers articles

- Publicité -spot_img