25.2 C
Yaoundé
vendredi, 18 juin 2021

Une nouvelle force rebelle crée la panique à N’Djamena

Lisez aussi

William BAYIHA
William BAYIHA
Journaliste engagé. Consultant en stratégie éditoriale et marketing.

La région de l’Extrême-Nord du Cameroun s’attend à un afflux de réfugiés tchadiens dans les prochains jours.

Plusieurs habitants de la capitale de la République du Tchad ont commencé à faire leur bagage depuis samedi, 17 avril et l’annonce d’escarmouches à quelque 300 kilomètres de la ville

Les hommes du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (Fract) venus de Libye s’en sont violemment pris aux troupes régulières.

Les affrontements ont eu lieu au nord de la localité de Mao, située dans la province du Kanem.

Le nouveau groupe rebelle menace de prendre le pouvoir quelques jours seulement après la présidentielle du 11 avril dont les résultats restent attendus.

Mais l’issue du scrutin laisse peu de doutes sur la victoire du président sortant Idriss Deby Itno.

Défense d’envergure

Les menaces du Fract sont prises au sérieux par les partenaires occidentaux du Tchad : la France a demandé à ses ressortissants de rester chez eux tandis que les États-Unis et le Royaume-Uni prient leurs citoyens de quitter immédiatement le pays.

Les autorités tchadiennes qualifient les rebelles de « terroristes » et ont déployé près de 2 000 pour leur bloquer la voie. Les combats de samedi auraient fait 300 morts tandis que l’armée aurait capturé 150 rebelles présumés.

- Publicité -spot_img

Derniers articles

- Publicité -spot_img