21.7 C
Yaoundé
jeudi, 23 septembre 2021

Les faussaires se diversifient dans le trafic de pièces de monnaie

Un groupe de trafiquants présumés a été interpellés pour falsification de documents ce 16 mars. Au cours de la perquisition, les gendarmes sont tombés sur une succursale du business spécialisée dans le négoce de la monnaie.

Lisez aussi

William BAYIHA
William BAYIHA
Journaliste engagé. Consultant en stratégie éditoriale et marketing.

Les pièces de monnaie sont paradoxalement parmi les biens les plus rares à trouver dans les villes camerounaises. 

La récente perquisition du repaire de quelques faussaires a permis de lever un pan de voile sur un trafic insolite. 

Des individus collectent patiemment la monnaie pour l’échanger au-dessus de sa valeur réelle. 

Pour le dire simplement, au risque de heurter la logique, ils vendent littéralement l’argent !

Les gendarmes ont mis la main sur la somme de 150 000 francs CFA en pièces de 100 francs. 

La précieuse cargaison devait être mise sur un marché camerounais où trouver la menue monnaie est un défi quotidien pour les petits – et les grands – commerçants. 

Si l’enveloppe saisie peut sembler modeste, elle pourrait renseigner sur des réseaux plus organisés et autrement plus nantis qui pourraient contrôler ce commerce définitivement lucratif. 

Bijoux en argent

La rareté des pièces de monnaie sur le marché camerounais est un phénomène structurel qui interpelle les économistes. 

L’insuffisance des pièces battues par la banque centrale a fini par créer une situation de pénurie qu’exploitent les trafiquants de tout poil. 

Les derniers en la matière ne sont pas les commerçants chinoisPlusieurs d’entre eux ont été interpellés ces dernières années aux points de sortie des pays de la CEMAC nantis de pièces en argent massif. 

Le trafic ici vise à transformer le métal en bijoux en argent dont la valeur marchande est largement au-dessus de ce que représente une simple pièce de 100 ou de 50 francs !

- Publicité -spot_img

Derniers articles

- Publicité -spot_img