21.7 C
Yaoundé
jeudi, 23 septembre 2021

L’armée nigériane accusée de rétorsion contre les populations dans l’État de Benue

Lisez aussi

William BAYIHA
William BAYIHA
Journaliste engagé. Consultant en stratégie éditoriale et marketing.

La hiérarchie militaire du Nigeria veut passer un message de fermeté après l’enlèvement et le massacre de 11 soldats par des hommes armés non identifiés dans l’Etat de Benue.

Le chef d’état-major le général Ibrahim Attahiru est descendu sur le terrain en milieu de semaine afin de s’assurer que des « efforts durables » et soutenus étaient entrepris pour retrouver les responsables de ces crimes et les traduire en justice, fait savoir dans un communiqué le responsable de la Communication de l’armée nigériane le général Mohammed Yerima.

Il ajoute qu’il appelle les populations à collaborer volontairement en fournissant des informations susceptibles d’aider les soldats à identifier et à interpeller les coupables.

Une stratégie apaisée que remet en cause un rapport de Sahara Reporters, un site d’information spécialisé sur les questions d’insurrection au Nord du Nigeria.

La plateforme indique que l’armée nigériane a lancé un assaut dans la localité de Konshisha contre les populations locales.

Les avions de l’armée de l’air ont survolé le village de la communauté Bota à Shangev Tiev parfois à moins de dix mètres au-dessus des toitures. Les militaires auraient également tiré à vue au motif qu’ils cherchent à détruire les camps des hommes armés non identifiés.

Le premier bilan publié par Sahara Reporters jeudi porte sur 30 morts, 300 maisons brûlées et l’incendie du Palais du chef coutumier.

Vendredi matin, l’armée a indiqué dans son communiqué qu’elle entend bien poursuivre son action de sécurisation de l’Etat de Benue. Sans s’étendre sur les accusations qui l’éclabousse.

Le sénateur Suswam, élu de l’État a écrit au ministre de la Défense pour protester contre ces agressions présumées.

- Publicité -spot_img

Derniers articles

- Publicité -spot_img