21.7 C
Yaoundé
jeudi, 23 septembre 2021

Field Marshal, chef de guerre et cauchemar du Lebialem

Les élites de ce département du Sud-Ouest ont lancé un ultimatum au commandant des Red Dragons, l’un des groupes les plus virulents… contre la population locale.

Lisez aussi

William BAYIHA
William BAYIHA
Journaliste engagé. Consultant en stratégie éditoriale et marketing.

Field Mashal, Oliver Lekeaka à l’état-civil suscite terreur et passion. Et cela doit s’arrêter. Paul Tasong, ministre délégué auprès du ministre de l’Economie originaire du département, l’a clairement indiqué devant les autres élites du Lebialem réunies récemment à Yaoundé.

Il a expressément demandé à ce leader de déposer les armes et de rejoindre le processus de reconstruction.

« Un refus de votre part équivaudrait à sucer le venin d’une vipère… », a averti M. Tasong. Le ministre ajoute que si Olivier Lekeaka ne prend pas au sérieux ces recommandations, il s’occuperait « personnellement » de son cas.

L’élite n’a cependant pas révélé comment elle parviendrait à mettre sa menace à exécution.

Par contre, un des anciens compagnons du chef sécessionniste a menacé de reprendre le sentier de la guerre ; contre lui cette fois-ci.

Trois chefs tués en un jour

Des mots de colère qui rendent comptent du sentiment des élites et des populations du département, à en croire les organisateurs du rassemblement.

Plusieurs fois donné pour mort, Olivier Lekeaka alias Field Marshal réapparaît toujours à travers des actes les uns les plus macabres que les autres. Au point de donner chair au mythe de son invincibilité.

Cette fois-ci, il est directement accusé d’avoir assassiné trois chefs traditionnels le 13 février.

Selon le ministre Paul Tasong, les infortunés ont perdu la vie parce qu’ils ont refusé de donner le fruit de leurs récoltes au gang des Red Dragons. En plus, ils encourageaient d’autres villageois à faire comme eux.


LIRE AUSSI Les chefs traditionnels pris pour cible au NoSo, le MinDef s’indigne

L’un des chefs, instituteur de profession, s’était aussi rendu coupable d’organiser la reprise des classes. Acte hautement répréhensible pour les groupes sécessionnistes qui ont fait de l’école leur principale cible depuis quatre ans.

Encore que les élites du département disent continuer à chercher des motifs politiques dans les actes posés par les gangs qui écument le Nord-Ouest et le Sud-Ouest ces dernières années.

Mansuétude

Ce sont des « ennemis de la paix qui agissent sous le couvert d’une illusion », s’emporte Paul Tasong.

Le Field Marshal entretient des réseaux d’enlèvements et exige des rançons ou des services sexuels, notent ses détracteurs. Il aurait aussi ritualisé la collecte des taxes parallèles auprès des établissements de microfinance. Cette deuxième activité lui aurait déjà rapporté au moins 200 millions de francs CFA.

Un bouquet d’épines sur lequel il faudrait donc ajouter la désacralisation de l’autorité traditionnelle.

Malgré ces forfaits présumés, Oliver Lekeaka bénéficie d’une mansuétude relative de la part des élites du Lebialem. Contrairement à son grand-frère Chris Anu, secrétaire à la Communication du gouvernement virtuel de l’Ambazonie.

Le pasteur serait l’éminence grise des Red Dragon. La sentence des chefs et des élites présents à Yaoundé est sans appel : il est déclaré persona non grata au Lebialem. Pour l’instant, il réside aux États-Unis.

- Publicité -spot_img

Derniers articles

- Publicité -spot_img