24.2 C
Yaoundé
vendredi, 18 juin 2021

Abuja et Yaoundé d’accord sur le tracé de leur frontière, à huit exceptions près

Les sous-commissions travaillent à aplanir ces points de discorde. Elles ont jusqu’au 28 février 2021.

Lisez aussi

William BAYIHA
William BAYIHA
Journaliste engagé. Consultant en stratégie éditoriale et marketing.

Le président de la Commission mixte Cameroun-Nigeria maintient la pression pour un accord définitif sur la ligne de démarcation entre les deux pays.

Mohammed Ibn Chambas a d’ores et déjà dit sa volonté d’annoncer les progrès enregistrés durant les premiers jours du mois de mars à venir. 

Les équipes camerounaises et nigérianes sont appelées à travailler depuis hier dimanche sur les huit derniers points de blocage. 

M. Ibn Chambas ne leur a donné qu’une marge d’une semaine pour s’entendre.
Depuis décembre 2020, les mêmes experts n’ont pourtant réussi à solder que cinq points d’achoppement sur les 13 restés insolubles.

Les huit zones d’ombre à éclaircir n’ont pas été révélées. Elles tiennent en tout sur 100 kilomètres, apprend-on cependant. Un chiffre à mettre en comparaison avec les 2 100 kilomètres que représente l’ensemble de la démarcation.

L’avocat ghanéen suggère que la résolution des questions épineuses permettra à terme de renforcer les relations Cameroun-Nigeria

Les questions d’intérêt mutuel ne manquent pas : lutte contre le terrorisme, la piraterie maritime, et même le libre-échange.

LIRE AUSSI Dernière ligne droite avant le tracé de la frontière Cameroun-Nigeria

Lobbying au Cameroun

La récente visite au Cameroun du président de la Commission mixte a de ce point de vue revêtu les atours d’un exercice classique de lobbying. 

Rencontre avec le Premier ministre Dion Ngute à Yaoundé le 18 février, remerciements au président de la République pour saluer sa contribution au travail de la Commission…

Le président de la Commission mixte Cameroun-Nigeria ne cache pas qu’il est aussi venu parler au vice-Premier ministre Amadou Ali, qui dirige la délégation camerounaise dans ces discussions. 

Mohammed bin Chambas est le représentant du secrétaire général de l’ONU en Afrique de l’Ouest. 

Le magazine Jeune Afrique explique que la mise sous pression de l’ensemble des acteurs de ce dossier depuis quelques semaines est liée à l’imminence de la fin de son mandat prévue cette année. 

- Publicité -spot_img

Derniers articles

- Publicité -spot_img